Art ou vin, à vous de choisir

Les objets artistiques et le vin ou les domaines viticoles, sont depuis quelques années des alternatives de placement financier, qui permettent d’avoir des rendements intéressants si vous êtes bien accompagnés par des professionnels du secteur.

La France, d’après le site Artprice, reste le plus grand grenier d’œuvres d’art mais aussi, en terme de transactions, la plus grande place mondiale avec 18,8% du volume total. Ses vins sont aussi les plus prestigieux, avec des grands châteaux qui font la renommée de notre pays.

Découvrez ci-dessous les aspects de ces deux univers.

Investir dans le vin

Le vin est depuis plusieurs année est un investissement apprécié des Français.

Contrairement aux investissements plus traditionnels, comme les actions, les obligations ou l’immobilier, le vin de rapporte pas de dividendes ni d’intérêts mais s’avère être une alternative plus fiable que les investissement financiers en période de crise. Lors de ventes, le prix de certaines bouteilles provenant de châteaux prestigieux, peuvent être vendues plusieurs centaines voire milliers d’euros. Des fonds spécialisés ont vu le jour et investissent en très grande majorité sur des vins français, dont 80% dans les 8 plus prestigieux châteaux.

Comme les œuvres d’art, ces biens tangibles apportent aussi un coté plaisir à l’investisseur, qui est heureux de posséder un tel produit, pour le prestige et l’intérêt financier ou pour agrémenter sa cave.

Un grand millésime a son prix qui évolue au cours de son vieillissement en bouteille, puis après plusieurs dizaines d’année son prix se stabilise quand le vin arrive à maturité. La qualité gustative va décliner sur les années suivantes mais le prix va continuer d’augmenter pour les collectionneurs. Cette évolution est aussi valable pour les vins de moins bonne qualité et des châteaux moins prestigieux comme l’explique Christophe Spaenjers. Le retour sur investissement peut être faible, mais une fois que ces bouteilles deviennent des objets de collection, alors leur prix ne cesse de grimper. De nombreuses sont détenues par des amateurs par pour boire ces bouteilles, qui sont maintenant très vieilles, mais pour enrichir leur collection.

D’après une étude faite par Christophe Spaenjers et ses associés, il en ressort qu‘au cours du dernier siècle, le vin a été un très bon investissement financier. Le rendement a été estimé à 5,3% pour les vins de Bordeaux entre le début du XXe siècle et 2012, dont plus rentable que les obligations d’Etat ou certains objets d’art.

Afin d’avoir une indication sur l’évolution des prix du vin, il faut se baser sur le Liv-ex Wine 100, qui est basé sur l’évolution de la cote des 100 vins les mieux notés, principalement des vins de Bordeaux. Cet index se décline aussi sur d’autres variations, Bourgogne, Rhône par exemple.

Robert Parker, célèbre dégustateur, ainsi que les fonds d’investissement qui se sont crées ont aujourd’hui une vraie influence sur le marché du vin. Donc attention, investir dans le vin peut apporter des gains importants comme des pertes. Cela doit rester un investissement de diversification, qui ne doit pas dépasser 5% de son patrimoine et c’est un investissement de long terme.

Côté fiscalité, qu’en est-il ?

Le vin doit être inclus à votre déclaration d’ISF et être déclaré en cas de succession avec l’ensemble des biens que vous possédez.

Concernant les plus-values : lors de la revente d’une bouteille ou d’un lot de bouteilles supérieure à 5 000€, la plus-value est soumise à l’impôt sur le revenu au taux de 19% auquel s'ajoutent les prélèvements sociaux au taux de 15,50 %, soit un taux global d'imposition de 34,50 %. Toutefois, elle est exonérée si le bien cédé est détenu depuis plus de 22 ans (abattement de 5 % par année de détention au-delà de la deuxième).

Les Meilleurs rendements

1
Vins
Frais-
Rendement brutVarie
...
2
Vignoble - GFV
Frais-
Rendement brut1-2%
Ticket d'entrée faible, aux alentours de 3 000€. D enombreux avantages fiscaux sur les droits de succession, les donations, l'ISF…
3
Arts
Frais-
Rendement brutJusqu'à 10%
Certains fonds de placement dans l'art, permettent d'atteindre des rendements très élévés, par contre le prix d'entrée est très haut : 125 000€ chez Sgam Al Art Fund et 500 000€ pour Art Collection Fund. Pour le reste des investissement dans l'art, tout dépend de la cote de son oeuvre au moment de l'achat et de la revente.
En voir plus...

En plus du vin, il est possible d’investir dans un vignoble

Plusieurs sociétés de financement participatif ou des groupements fonciers viticoles (CFV) proposent aujourd’hui de devenir actionnaire d’un vignoble en achetant des parts. Ces dernières restent abordables, le ticket d’entrée étant aux alentours de 3 000€.

Le rendement n’est pas très élevé, entre 1 et 2%, tout dépend de l’emplacement des terres.

Il est déconseillé d’investir dans des petits terroirs, les résultats des années passées étant faible, par contre il faut privilégier les AOP (appellation origine contrôlée).

De plus, cet investissement à long terme peut s’avérer être une bonne opération, si une revente du domaine intervient, avec une plus-value intéressante.

Quelle fiscalité ?

Les groupements financiers viticoles sont exonérés partiellement des droits de succession et de donation, à hauteur de 75% avec un plafond de 102 717€ (en 2014) et de 50% au-delà. Pour le contribuable qui paie l’ISF, s’il détient ses parts pendant au moins deux ans, 25% du prix de ses parts seront imposables à l’ISF, dans la limite de 102 717€ (en 2014). De plus, lors d’achat de parts à crédit, les intérêts sont déductibles des revenus.

En cas de plus-value, c’est la fiscalité de l’immobilier qui est prise en compte, avec un taux de 34,5% mais aucun impôts et prélèvements sociaux si le bien est détenu plus de 30 ans. De plus, si la valeur des parts est inférieure à 15 000€, elles sont là aussi exonérées de taxation sur les plus-values.

Les trois gestionnaires de patrimoine majeurs proposant des GFV sont La Française AM, Amundi et Gestion finance Saint Vincent.